Quand le bonheur booste la rentabilité : les entreprises qui ont trouvé le truc !

Posté dans : Pensées flash | 0

Allez vite vous jeter sur la page ARTE+7 pour visionner le film de Martin Meissonnier ! (également rediffusé le mercredi 18 mars à 8h55) « Le bonheur au travail » est le témoignage de patrons et de salariés qui ont pris le risque de bouleverser l’organisation hiérarchique pour rendre au personnel productif la liberté d’action qui leur permet de travailler MIEUX. Mieux, c’est à dire dans le plaisir ET avec une plus grande efficacité.

QUELQUES NOTES DE VISIONNAGE…

  • Cela commence par un petit jeu de chiffres : Isaac Getz,  professeur de Leadership et Innovation à l’ESCP Europe, nous rappelle que dans nos entreprises, environ 10% seulement des employés sont contents, et 30% sont tellement mécontents qu’ils viennent tous les matins à reculons… pour saboter le travail. Entre ces deux catégories, cela nous offre près de 60% de travailleurs qui viennent sans motivation chercher un salaire mensuel, mettant peu de coeur à l’ouvrage…
  • On demande au salarié d’être de plus en plus réactif, mais qu’en est-il de nos structures qui sont figées dans leurs pyramides hyperstables ?
  • Les contrats sont de plus en plus courts : comment alors créer un lien émotionnel entre les salariés et leur entreprise ? Cet amour de l’entreprise dont nos aînés nous parlent n’était possible que parce que les employés restaient en poste pendant de nombreuses années. Que devons-nous inventer aujourd’hui pour réintégrer l’attachement à l’entreprise ?
  • Jean-François Zobrist, le patron qui a éliminé toute forme de contrôle du travail de ses salariés témoigne : « les bonnes années, nous avons pu donner jusqu’à trois mois de salaire supplémentaire à tout le monde. » Trois mois de salaire, c’est-à-dire 25% de revenus en plus… C’est ainsi qu’il a redressé cette petite usine et l’a transformée en leader mondial de la fourchette de boîte de vitesse.
  • « En Europe, il existe encore des usines où des opérateurs de 40 ans doivent demander l’autorisation pour aller faire pipi ! »
  • Bill Gore, bien connu à travers le succès international du Gore-Tex, a instauré une entreprise sans salariés. Tous les travailleurs sont des associés. Il n’y a pas de chefs mais des leaders, et on cultive la recherche du « sweet spot », le point de connexion entre les désirs de l’associé, ses compétences et l’intérêt de l’entreprise.
  • Et bien d’autres expériences à découvrir en France, en Belgique dans les services publiques, en Inde ou aux Etats Unis…

Rediffusion mercredi 18 mars 2015 à 8h55